La loi El Khomri opère une distinction entre les travailleurs qui occupent des postes dits « à risque » et les autres. Depuis le 1er janvier 2017, les premiers bénéficient d’une visite médicale lors de leur embauche, à l’issue de laquelle ils reçoivent un avis d’aptitude ou d’inaptitude. Les autres salariés sont eux soumis à une simple visite d’information et de prévention à l’embauche.

 

La visite médicale d’embauche pour les postes à risque.

Vos salariés sont reçus par le médecin du travail, avant leur prise de poste. Celui-ci leur remet, ainsi qu’à vous, un avis d’aptitude ou d’inaptitude. Ces salariés font l’objet d’un suivi individuel renforcé.

Deux ans au maximum après l’examen d’embauche, ils sont soumis à une nouvelle visite d’aptitude. Le médecin décide alors la fréquence du futur suivi. Celle-ci ne pourra pas excéder les quatre ans.

La visite d’information et de prévention pour les postes considérés « sans risque ». Celle-ci doit avoir lieu avant la fin de la période d’essai, sans jamais dépasser les trois mois après l’arrivée des salariés dans l’entreprise.

La visite n’est plus forcément réalisée par le médecin. Elle peut être réalisée par un professionnel de santé, par exemple un infirmier ou un interne.

L’entretien porte sur l’état de santé du salarié, sur les risques liés à son poste, et sur les moyens de prévention à mettre en œuvre. Si le salarié en ressent le besoin, ou si le professionnel de santé le juge utile, il peut être orienté vers le médecin du travail.
A l’issue de la visite, le professionnel de santé délivre une attestation de suivi au salarié et à l’employeur.

Le salarié peut être dispensé de cette visite s’il en a déjà eu une dans les cinq ans qui précèdent son embauche, à un poste identique au poste actuel, et s’il est en mesure de fournir l’attestation.

Pour les travailleurs en situation de handicap ou ceux qui travaillent la nuit, le suivi est plus rapproché. Ils doivent en effet bénéficier d’une visite tous les trois ans au lieu de cinq.

Votre rôle en tant qu’employeur est de vous assurer de la sécurité et la santé physique et mentale de vos salariés.

Pour jouer pleinement ce rôle, vous avez intérêt à informer vos salariés des nouvelles règles relatives aux visites médicales.
Et notamment, à leur faire passer ce message essentiel : le cadre d’exercice des visites médicales a changé, mais ils ont à tout moment la possibilité d’aller consulter le médecin du travail. Qu’ils n’hésitent pas à le faire, avant que les pathologies ou le mal-être s’installent.